Chepin et son lac – mine de fer- tong hay – les premiere neiges – kiang-tchouen et le lac de tchin chang- historiques de la rébeillon malhométane- la plaine, le lac et la ville de Yun nan- nous rencontrons des compatriotes- le ma tajen – arrivée d’une lettre de l’ambassade de France à pékin

Une heure après notre départ de Lin-ngan, deux cavaliers nous rejoignirent au galop et nous annoncèrent de la part de Leang ta- jen que le malheureux qui avait jeté une pierre dans notre logement et qui avait été mis à la cangue auprès d’une porte de la ville venait d’être décapité. On nous avait prévenus à l’avance que tel serait en effet son sort. Nous n’avions pu y croire, et cette incrédulité avait été la cause de la perte du coupable. M. de Lagrée, qui avait le cœur excessivement bon, aurait sans aucun doute demandé et obtenu sa grâce, s’il avait pensé que la peine capitale lui fût réservée.

Voir plus: obtenir visa vietnam | ho chi minh phnom penh | 4jours bais d’halong | trek 4 jours sapa

Nous arrivâmes dans l’après-midi sur les bords du lac à l’extrémité duquel s’élève la ville de Che-pin. Ce lac a environ quatorze kilomètres de longueur et sa direction générale est l’est-sud-est. Nous nous embarquâmes dans une grande chaloupe, pendant qu’une partie de nos porteurs continuaient leur route par terre et suivaient la rive nord du lac, que nous côtoyions à peu de distance. Une ligne continue de montagnes entoure le lac de toutes parts et forme dans le sud une série de golfes où la nappe d’azur se prolonge en lointaines perspectives. Les croupes nues et rougeâtres des promontoires qui découpent la rive méridionale sont sillonnées de routes qui indiquent un pays peuplé. Au bout de trois heures de navigation, nous arrivâmes à Che-pin.

C’était jour de grand marché. Une quantité innombrable de barques sillonnaient dans tous les sens les eaux du lac, et ramenaient à leurs villages les sauvages des environs venus à la ville pour vendre leurs denrées. De ce côté, les rives du lac sont cultivées en rizières. L’industrie des agriculteurs a conquis sur les eaux un espace considérable, et la surface inondée de rizières, sillonnée de minces talus, vient se marier et se confondre avec le calme miroir des eaux. De longues chaussées, qui s’avancent perpendiculairement aux rives, fournissent un point de débarquement commode aux marchandises et aux voyageurs. Près de leur extrémité, deux petites îles couvertes de verdure surgissent de l’eau où elles mirent les toits courbes et les clochetons élancés des pagodes qui les couronnent. Coquettement assise sur les bords du lac, Che-pin arrondit autour de ses maisons pressées sa blanche enceinte de pierre. Derriere la ville s’etend une vaste plaine admirablement cultivée.

Le voyage se poursuivit à travers les plateaux du Yun nan dans le froid, car ous sommes en décembre, et au milieu d’une inséculrité endémique due à la proximité des bandes de mulsumans révoltés contre le pouvoir impérial . Enfin la petite troupe arrive dans la capitale de la province, Yun-nan fou , où elle est acceuillie par les missionnaires francais qui y resident

 Besuchen Sie uns unter: Dschunke Halong Bucht

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by WordPress