Départ de Luang Prabang- Les grottes de Pak Hou- Une ource du Menam- Pak Ben- Une barque en perdition Spak Ta- Xieng Khong- Les volcans de Ban Tanoun- Premières difficultés graves- Les sauvages Lemeth- Départ de Xieng Khong- Ruines de Xieng Hai et de Xieng Sen- Souvenirs historiques- Arrivée au rapide Tang Ho- Un coin du paradis terrestre- Route du fleuve à Muong Lim partie 14

Le disque du soleil apparaissait déjà à travers la ligne d’arbres
qui couronnait le sommet des collines ; la vie s’éveillait peu à peu sous les arceaux de la forêt ; les oiseaux célébraient par des chants joyeux les flots de lumière qui venaient pénétrer soudain leurs retraites ombreuses ; les cerfs bramaient et les éléphants faisaient entendre leur cri sonore. Comme un tressaillement de la nature à son réveil, un léger souffle de brise ridait la surface de l’eau et agitait la cime des grands arbres. J’essayai de démêler d’une oreille attentive toutes les notes de ce vague et mélodieux concert, et je contemplai d’un regard charmé le ciel, l’onde et la forêt, tout enveloppés encore d’une vapeur transparente que les rayons du soleil coloraient d’une teinte rose avant de la dissiper tout à fait. Tout à coup, en contournant un rocher qui me barrait la route, j’aperçus à dix pas de moi un jeune cerf qui buvait. Je m’arrêtai et, instinctivement, je cherchai sur mes épaules ma carabine heureusement absente. Qu’eussé-je fait d’un pareil gibier et comment l’apporter au campement ? Je demeurai donc immobile, regardant le gracieux animal savourer à longs traits l’eau limpide, et s’arrêter parfois pour contempler l’image tremblante que lui renvoyait l’onde à peine troublée. Au bout d’un moment, il se releva, fit quelques pas sur la berge, m’aperçut, et  je supplie le lecteur de me croire il vint à moi. Ses oreilles dressées, son regard fixe, témoignaient d’un indicible étonnement, auquel ne se mêlait aucun symptôme de défiance ou de crainte.

A voir: voyages prives vietnam

Je ressentis à mon tour une sensation bizarre, et je retins ma respiration pour prolonger le plus possi e ce tête-à-tête avec un habitant des forêts. Il me vint comme un ressouvenir paradis terrestre ou des jardins enchantés d’Amirde , dans lesquels que je n’ai pourtant jamais fait aucun voyage due et si énergique. Cette singulière qui m’affirmait d’une façon si inattendue et si ergique que l’homme était absolument inconnu dans ces parages, me charmait et m’intimidait à la fois à un pas de moi, et l’instinct du chasseur se réveillant soudain, il me vint l’idée de le saisir par les cornes ; si rapide que fut mon mouvement, l’agile bête se déroba et disparut en un la forêt, me laissant aux regrets d’avoir écourté par mon impatience cette entrevue de conte de fées, à laquelle il n’avait qu’un dialogue pour devenir une fable de La Fontaine Un peu plus loin, je dus me livrer à la gymnastique la plus pour franchir une sorte de promontoire qui s’avançait dans le lit du fleuve. Il formait une muraille absolument verticale, que l’eau baignait d’un courant trop rapide pour que je pusse songer à la contourner à la nage. Une épaisse végétation couvrait le sommet du rocher, et après en avoir gravi les pentes glissantes, j’eus encore à me frayer une route difficile au milieu des lianes et des ronces épineuses. Au-delà, une belle plage de sable s’interposait heureu-sement entre la forêt et le fleuve et me promettait pendant quelque temps une circulation facile. Je m’arrêtai un instant pour me reposer des efforts que je venais de faire. L’eau calme et peu pro¬fonde qui venait battre la rive d’un flot paresseux invitait aux plaisirs du bain, et je me laissai séduire par ses promesses.

Lesen Sie mehr: Bhaya cruises |  tour Ninh Binh | voyage cambodge vietnam | Circuit Vietnam pas cher 12 jours | Circuit vietnam hors de sentiers battus

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by WordPress