Départ de Saigon -Arrivée à Compong Luong – Excursion aux ruines d’Angcor partie 3

Deux des voyageurs étaient absolument nouveaux venus dans le pays. L’un d’eux était le docteur Joubert, médecin de l’expé¬dition, dont il devait être en même temps le géologue. Un long séjour au Sénégal l’avait accoutumé aux climats chauds, et son habileté de chasseur, son humeur vive et joyeuse devaient en faire un des plus utiles et des plus aimables compagnons de la route. Le second était M. de Carné, jeune attaché au ministère des Affaires étrangères, qui devait à sa parenté avec le gouverneur de la colo¬nie de commencer par ce voyage d’exploration sa carrière de diplo¬mate. M. Joubert était, après le commandant de Lagrée, le mem¬bre le plus âgé de la commission ; M. de Carné en était le plus jeune…mehr: Halong Bucht, Paradise cruises Halong bay.
C’était la seconde fois que les chances de ma carrière militaire m’amenaient en Cochinchine. Après avoir assisté à la conquête même du pays, j’y étais revenu en 1863 et j’étais entré presque aus¬sitôt dans l’administration indigène. Aidé du concours de quelques
amis 3, j’avais à plusieurs reprises essayé de plaider en France la cause du voyage d’exploration qu’il m’était enfin donné d’entre¬prendre 4 .  Ce n’était cependant pas sans quelque regret que j’abandonnais le poste qui m’avait été confié dans la colonie. Je n’étais attaché à ces populations intelligentes avec lesquelles les progrès sont si faciles et si rapides, et l’œuvre commencée au milieu d’elles avait encore pour moi une séduction bien grande. Si beaucoup avait été fait, il restait bien plus à faire, et il est pénible pour celui qui a semé de ne pouvoir assurer la moisson. Ce n’est qu’à ce prix qu’il se console de la voir récolter par d’autres. Aussi fut-ce avec une vive émotion que je me séparai des amis dévoués avec qui jusque-là travaux, projets, espérances, tout m’avait été commun en Cochinchine, dont les conseils m’avaient soutenu, dirigé, fortifié dans ma voie, dont quelques-uns avaient désiré et espéré même un instant être mes compagnons de voyage. Je sen¬tais que la période de mon existence la plus remplie par l’esprit et par le cœur prenait brusquement fin, et je pleurais involontaire¬ment ce passé qui s’évanouissait et dont ma mémoire me retraçait rapidement les plus heureuses journées et les plus charmants sou¬venirs. Puissent, comme moi, mes amis ne point les avoir oubliés aujourd’hui !
Vers midi et demi, les deux canonnières sur lesquelles étaient répartis le personnel et le matériel de l’expédition se mirent suc¬cessivement en marche. L’une, la canonnière 32, sur laquelle le chef de l’expédition avait pris passage, était commandée par M. le lieutenant de vaisseau Pottier, qui allait remplacer M. de Lagrée dans le commandement de la station du Cambodge(Vietnam Kambodscha Rundreise) ; l’autre, la canonnière 27, sur laquelle je me trouvais, était sous les ordres d’un de mes camarades, M. Espagnat, qui devait quelques mois plus tard être victime de son dévouement et périr dans l’explosion de son navire.
Les deux petits bâtiments jetèrent l’ancre à sept heures du soir devant le poste de Tan-an, à l’entrée de l’arroyo de la Poste, pour attendre le jour et la marée favorable. Le lendemain, ils s’enga¬geaient dans cet étroit passage, et, après un court arrêt à Mytho pour renouveler leur approvisionnement de charbon, ils commen¬cèrent l’ascension du grand fleuve.
3 Qu’il me soit permis de rappeler ici leurs noms et d’adresser à MM. Nogues, de Bizemont, Rochoux mes remerciements les plus vifs et les plus sincères. Je prie aussi M. le capitaine de vaisseau de Jonquières d’agréer l’expression de ma respec¬tueuse reconnaissance pour l’accueil toujours sympathique qu’il a daigné faire à mes demandes, dont il avait bien voulu se constituer l’avocat auprès du gouver¬neur de la colonie, M. le vice-amiral de la Grandière.
4 Notamment dans deux brochures publiées sous un pseudonyme : La Cochin¬chine française en 1864, par G. Francis, Dentu, 1864, et De la colonisation de la Cochinchine, par G. Francis, Challamel, 1865.

Sehen sie mehr: Mekong river cruise Vietnam to Cambodia | Dschunke Halong Bucht

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by WordPress