Introduction – Voyage d’exploration en Indochine partie 5

V, Le recit du voyage
A son retour en France, en 1869, Francis Garnier est donc charge par le departement de la Marine et des Colonies de la rédac- tion d’un rapport officiel qui, compte tenu des bouleversements provoques par la guerre franco-allemande puis par la guerre civile de la Commune, ne sera publie qu ’après sa mort. Entre-temps, il avait commence à faire paraitre, des 1869, par livraisons dans Le Tour du Monde — nouveau journal des voyages, un recit de l’ex-pedition. Ce ricit, interrompu par la guerre, reprit des la fin de 1871 pour s’achever en 1873. L’ensemble présentet peu de différences avec le texte du rapport officiel qui lui est contemporain mais qui ne fut public qu ’ulterieurement, si ce n’est que ce dernier est alourdi de considirations générales dont Vinter et pour le lecteur d’aujourd’hui apparait secondaire; il est Egalement suivi d’annexes dont la plupart sont dues aux scientifiques de ‘expédition, deux médecins de marine. Ces considérations touchent à des domaines plus spécialisés dont certains sont traités avec beaucoup de pertinence telles la géologie, la botanique ou même l’archéologie ; mais dans d’autres elles sont aujourd’hui totalement dépassées telle la linguistique.
Nous avons donc préféré retenir le texte sans prétentions extrê¬mes destiné aux lecteurs habituels de cette revue très prisée qu’était alors Le Tour du Monde, car elle contribuait à informer un public cultivé et curieux des réalités d’une géographie en train de se pré¬ciser, grâce notamment aux relations d’explorateurs et de voya¬geurs à l’esprit éveillé et à la plume alerte, ce qui s’avère être le cas de Francis Garnier. Celui-ci ayant dû se séparer un moment du gros de l’expédition pour aller rechercher à Phnom Penh les passeports chinois non encore parvenus à Saigon au moment du départ de l’expédition, le récit est rédigé durant cette période d’en-viron trois mois par un autre officier de l’expédition, Louis Delà- porte. Cette collaboration est spécifiée dans le texte mais l’ensem¬ble du récit porte la signature de Francis Garnier.
Les deux auteurs ont d’ailleurs une approche commune, tant dans le fond que dans la forme, encore que Garnier apparaisse comme plus austère, moins enjoué, plus scientifique peut-être, plus classique en un mot que son jeune camarade ; ce dernier, en effet, se laisse plus facilement aller à l’anecdote, parfois même légère, assez banale en soi dans une région du monde où régnait une cer¬taine liberté de mœurs mais croustillante pour le lecteur français souvent prisonnier d’une pudibonderie équivoque.

Sehen sie mehr: Vietnam Kambodscha Rundreise.

VI. Nature des passages non reproduits
Nous avons été contraint d’alléger ce texte fort long encore qu’extrêmement vivant ; nous avons été guidé par le souci de four¬nir au lecteur un récit cohérent qui ne lui fasse perdre, à aucun moment, le fil d’une aventure fort compliquée et fertile en rebon¬dissements. En revanche, nous avons sacrifié, non sans regrets, des digressions, parfois réellement pittoresques et bien venues, mais élargissant considérablement l’approche événementielle du voyage. Ces considérations plus générales n ‘apparaissent pas comme essen¬tielles à la compréhension de l’ensemble du récit, bien que le plus souvent fort instructives pour apprécier l’état des connaissances et des mentalités au milieu du xix* siècle. Le rapport officiel en res¬titue d’ailleurs des passages sous forme d’annexes…mehr: Halong Bucht Vietnam.
Ainsi avons-nous retranché le séjour sur le site d’Angkor auquel est contrainte l’expédition dans l’attente des passeports en prove¬nance de Bang Kok et qui constitue cependant la première descrip¬tion exacte de certains monuments, notamment du temple d’Ang¬kor (Angkor Vat) dont le levé topographique est effectué par Dou- dart de Lagrée, féru d’archéologie depuis une longue escale effectuée en Grèce, quelques années auparavant, à Voccasion de la guerre de Crimée. Dans la suite du récit, /es autres coupures qUe nous avons effectuées portent sur des études d’ensemble de carac-tère pluridisciplinaire, touchant à la fois aux sciences de la nature • géologie, hydrographie, botanique, climatologie… et aux sciences de l’homme : ethnologie, histoire, économie, linguistique… concer¬nant chaque région traversée. Enfin certains épisodes du voyage devant être eux-mêmes sacrifiés, nous avons préféré retrancher Vensemble des pages qui sont de la main de Delaporte, lorsque celui-ci s’est substitué provisoirement à Garnier pour les raisons exposées plus haut…mehr: Mekong Kreuzfahrt.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by WordPress