Introduction – Voyage d’exploration en Indochine partie 6

Pour faciliter au lecteur la compréhension de ce long itinéraire, compliqué, parfois dédoublé, nous avons préféré reproduire une carte fort simplifiée, publiée ultérieurement dans un ouvrage consacré précisément au dessinateur de l’expédition, Louis Delaporte.
VIII. Présentation du texte
Nous avons conservé l’économie générale du récit tel qu’il est présenté dans Le Tour du Monde, en dix-huit chapitres, chacun d’entre eux débutant par un court sommaire. Par ailleurs, chaque fois que nous avons été amené à effectuer une coupure, nous avons résumé très succinctement le passage éliminé, de manière à ne pas rompre la continuité du voyage(Rundreise Vietnam 1 Woche) relaté et à ne pas nuire à la cohé¬rence du texte, mais nous n’avons pas reproduit les sommaires cor¬respondant à des passages retranchés en totalité.
Nous n’avons pas cru nécessaire de rectifier les transcriptions des noms propres de personnes ou de lieux tels qu’ils figurent dans le texte original, bien que des règles phonétiques beaucoup plus stric¬tes aient été élaborées depuis l’époque de sa rédaction ; mais cer-tains termes sont suffisamment connus pour que, même sous une orthographe qui peut paraître aujourd’hui tant soit peu fantaisiste, ils soient facilement identifiables par le lecteur ; d’autres, en revan¬che, sont connus seulement des spécialistes ou des pratiques, le plus souvent autochtones, de ces régions ; il est donc sans utilité de conférer à ces noms de lieux perdus ou de personnages obscurs me transcription plus exacte qui ne contribuera nullement à une iden¬tification d’ailleurs inutile à l’intelligence du texte. Nous avons nous-même, dans les résumés et les notes que nous avons rédigés, recouru à l’orthographe employée par l’auteur, parce que plus faci¬lement compréhensible par un lecteur non spécialiste des problè¬mes de transcription et de phonétique des langues de la région.
Enfin, sans abuser de cette pratique, Garnier assortit parfois son récit de notes explicatives. Nous avons rédigé pour notre part, seu¬lement quand nous l’avons jugé indispensable à l’intelligence du sujet, quelques courts commentaires également sous forme de notes ; elles sont suivies de la mention abrégée (NDP) : note du présentateur.
Pour l’ensemble de ces mesures, nous avons été guidé essentiel¬lement par le souci de rendre non seulement lisible mais agréable pour un lecteur de la fin du xx> siècle un texte dont le contenu est, pour l’historien, d’une richesse telle que seule l’incuriosité endémique des Français pour le monde extérieur, même celui sur lequel ils ont exercé naguère une responsabilité, explique qu’il n’ait jamais été reproduit depuis 1873. Cette attitude de nos compatrio¬tes semble toutefois en voie de s’amender, comme le laisse espé¬rer cette nouvelle édition, au moins sous forme abrégée, du Voyage d’exploration en Indochine(Indochina Reise 21 Tage), plus d’un siècle après la parution de l’édition originale.

Jean-Pierre Gomane
Francis Garnier explique lui-même, dans le récit que l’on va lire, la raison pour laquelle il avait décidé le transport, à travers toute la Chine, de la dépouille mortelle de Doudart de Lagrée « jusque sur une terre française », et d’ajouter, tant cela paraissait évident à sa logique coloniale, « en Cochinchine ». Après le transfert de ses restes de Hanoi en 1875, il devait lui-même reposer aux côtés de son chef jusqu ’à un passé récent. En effet, les autorités muni¬cipales d’Hô Chi Minh- Ville, ayant décidé de désaffecter le cime¬tière dans lequel avaient été rassemblés les restes de personnalités françaises de l’époque précoloniale, notamment Pigneau de Behaine, et surtout de l’époque coloniale, ceux-ci ont été transpor¬tés par avion jusqu’à Singapour et, de là, acheminés vers la France par le porte-hélicoptères Jeanne-d’Arc et son bâtiment d’escorte qui se trouvait être, cette année-là, le Doudart-de-Lagrée. Ainsi les cendres de ce marin éponyme et de son compagnon Garnier ont été débarquées à Brest le 26 avril 1983 pour être inhumées en terre française. Les restes de Doudart de Lagrée reposent dans son vil¬lage natal du Dauphiné. Ceux de Garnier ont été placés dans le socle du monument qui lui est dédié à Paris au carrefour du bou¬levard Saint-Michel et de l’avenue de l’Observatoire.

Sehen sie mehr: Halong Bay Vietnam | Mekong delta 1 day tour from Saigon.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by WordPress