Le Yang ta jen- Maladie de M. De Largee – Repugnance des autorités chinoises à nous laisser partir pour Ta-ly – Lettre du P.Fenouil- Je pars pour les pays malhométants de l’Ouest avec une partie de l’expédition – le fleuve Bleu – Houey ly tcheo – Hong pou so- Nous faisons connaissance avec le P Lu – Mine de charbon et population mixtes de Ma-Chang partie 10

Si, comme volume d’eau, on peut hésiter à première vue entre les deux fleuves, l’aspect des deux vallées indique immédiatement quelle est celle qui doit conserver le nom de Kin-cha kiang. L’embouchure du Ya-long kiang est une sorte d’hiatus accidentel dans la ceinture de collines qui borde le fleuve Bleu ; la configuration orographique du pays ne peut laisser douter une seconde que ce fleuve vient de l’ouest et non du nord. Les habitants du confluent savent d’ailleurs que ce qu’ils appellent le Pe-chouy kiang est des deux fleuves le plus important par le développement antérieur de son cours, et cette anomalie paraîtra moins singulière, si on se rappelle qu’en Chine les noms de fleuve sont toujours locaux et changent toutes les vingt lieues. Un peu plus haut, aux environs de Li-kiang par exemple, le Kin- cha kiang a repris son nom, et c’est le Ya-long kiang auquel on donne le nom de Pe-chouy kiang.
Un bac fonctionne à l’embouchure même du Ya-long kiang. Il constitue l’un des revenus du mandarin d’Houey-ly tcheou : un cheval paye deux cents sapèques (un peu plus d’un franc, d’après le change des sapèques au moment de notre passage) et un simple voyageur soixante sapèques.

Au retour de cette excursion, je reçus un petit billet latin du P. Lu, qui m’annonçait son arrivée à Hong-pou-so et sa visite pour le lendemain après sa messe.

H fut exact au rendez-vous. Nous vîmes un jeune homme d’une figure douce, distinguée et timide. Il y avait sept ans qu’il était revenu du collège de Poulo Pinang et qu’il était en possession de sa double cure de Ma-chang et de Hong-pou-so. Son langage affectueux nous inspira bien vite la plus entière confiance. Les détails qu’il nous donna sur l’état du pays étaient peu satisfaisants et confirmaient en certains points le dire des autorités chinoises. La route directe vers Ta-Iy n’avait jamais été fermée pour les marchands, mais les mahométans renvoyaient impitoyablement tous les voyageurs qui se présentaient les mains vides. On rencontrait leurs premiers postes à une centaine de lis de I autre côte du fleuve. En ce moment, cette route était tellement infestée par les voleurs que les marchands se réunissaient en caravanes de quatre-vingts ou de cent personnes pour voyager. Le chef musulman le plus voisin était celui de Yong-pe ; mais le pays entre cette ville et le Se- tchouen était dans un état de dévastation pitoyable ; des bandes de cinq cents hommes appartenant à tous les partis achevaient de saccager ce que tes bettigérants avaient épargné. D’ailleurs, ta route de Yong pe à Ta-)y était fermée, et te mandarin de Yong-pe n’avait te droit d’accorder un permis de circutation que sur son propre territoire. Il était probabte que, si nous obtenions de !ui ta permis-sion d’aller à Yong-pe, il nous retiendrait dans cette vitte jusqu’à t’arrivée d’ordres de Ta-ly.

J’avais espéré un instant pouvoir me diriger vers te nord, en évitant te ptus possibie tout contact avec tes autorités mahométanes, et réussir à atteindre un point du Mékong situé dans te Tibet ; là, j’aurais essayé de revenir, par Ta-tsien-tou et ta vallée du Min- kiang, à Siu-tcheou fou. Ce voyage, qui nous eût fait reconnaître te cours du Cambodge et te fleuve Bleu jusqu’au trentième degré de latitude nord, pouvait s’exécuter à ta rigueur dans te laps de temps que m’avait fixé M. de Lagrée, en évitant tout séjour et en faisant de longues étapes. Je reconnus qu’H fallait renoncer à ce beau projet. Il était impossible, dans cette direction, d’éviter Yong- pe ; plus au nord que cette ville, et dans tout l’espace compris entre Ning-yuen fou et Li-kiang, le pays appartenait complètement, nous dit-on, aux sauvages Man-tse ou Lissous, qui ne souffraient aucun étranger dans leurs montagnes.

Sehen Sie mehr: Halong Glory cruise

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by WordPress